Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mai 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et l’eau

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mardi 4 mai 2004

225. Chronique du temps qui passe (16)

Pourquoi papa il me dit que ça veut rien dire : "En piapaille mince chez Bon-Papy avec Marie-Anne" ?

On rentre de l'école en voiture, et il me questionne sur ma journée.
J'lui explique : "J'ai bien joué avec mes petites mains."
Papa : "C'est bien, et qu'est-ce que tu as fait avec tes petites mains ?"
- Du bricolage.
- C'est chouette ça, et qu'est ce que tu as bricolé ?
- Avec de la colle, j'ai mis la colle…
- Oui, mais qu'est ce que t'as collé ?
- Euh… Des poussins…

J'entends au ton de sa voix qu'il trouve ça bizarre : "Des poussins ?"
Bon, O.K., chui repéré… j'ai dit n'importe quoi : les poussins, c'était pour Pâques.
- Qu'est ce que tu as collé, Lou ?
J'raccroche la communication :
- J'ai collé chez Bon-Papy en piapaille mince avec Bon-papy et Marie-Anne.
- Tu dis des sottises, Marie-Anne (ma maîtresse), ne va jamais chez Bon-Papy.
- Et alors, en piapaille mince chez Bon-Papy avec Marie-Anne…
- Ça veut rien dire, mon Loulou.


Malgré son insistance, il n'obtiendra plus rien de moi, pourtant, pour une fois, je lui demande de couper la radio paske j'ai envie de faire "parlotte" avec lui, quand bien même ça ne veuille rien dire, juste pour le plaisir d'aligner des mots que je rassemble au gré de mon esprit vagabond.

Plus loin sur la route, il tentera de m'expliquer : "Dis Loulou, c'est bien de parler, mais il faut que tu réfléchisses un peu à ce que tu dis. Tu es capable de bien parler et dire correctement les choses quand tu le veux."
Silence radio.

Une heure et demie plus tard.
Mon repas gargantuesque m'a comblé. Je suis dans le bain, juste à côté du bureau de papa qui travaille. Je sais que je peux pas trop le déranger.
- Papa ? (…) Papa ?
- Oui ?
- Je t'aiiiime mon papa !
(silence) Tu travailles, mon papa ?
- Oui mon petit cœur.
- Ce soir, Elisabeth* vient à la maison. Pas l'Elisabeth** de l'école, mais Elisabeth Boland.
(*la sœur de papa qui fait de la kinésiologie avec moi - ** une des éducatrices de l'école qui s'occupe de moi après la classe.)
- Papa ? Je peux avoir de l'eau froide s'il te plaît papa ? (j'adore boire de l'eau dans un gobelet dans mon bain, puis c'est un bon moyen pour faire venir papa dans la salle de bain.)
- Papa ? Tu peux allumer l'éléphant ? (qui répète toujours tout ce que je dis).

Et puis, il y toutes ces phrases que je débite tout seul dans mon bain et que j'ai collecté je ne sais plus où comme : " Tu appuies sur le bouton numéro quatre !"

Ben oui, j'l'avoue, je suis capable de bien dire les choses quand je veux… Mais y'a toujours cette poussière d'étoile dans ma tête qui fait que par moment, c'est le brouillard et qu'chui ailleurs…
Par Bèrlebus :: mardi 4 mai 2004 à 14:44 :: Au jour, le jour :: #256 :: rss


Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned