Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mars 2009 »
LuMaMeJeVeSaDi
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

lundi 2 mars 2009

652. A l’hôpital

Je n’ai jamais aimé l’hôpital, synonyme pour moi de pleins de désagréments dont les piqûres, les “pas-bouger”, les électrodes et les pleurs stressants des autres enfants. Mais avec le temps, une bonne dose d’encouragements et de réassurances permanentes, je finis par m’y faire.

Ainsi, je me suis retrouvé hospitalisé pour 24 heures.
Je n’étais pas malade, non, mais il fallait, paraît-il, analyser mon sommeil pour que je dorme mieux.
Au programme : prise de sang toutes les deux heures en journée et toutes les heures la nuit.
- Je veux pas de piqûre ! Pas de petite piqûre !
- Tout va bien se passer, Lou. On va juste te mettre une crème pour que tu ne sentes rien...
- Non, je veux pas ! Pas la crème !
Lilli, l’adorable infirmière :
- Alleï, Manneke, tu dois faire confiance. Moi, je te dis que tu auras pas mal avec cette crème.
Après insistance, j’ai obtempéré. Sa franchise me plaisait bien.
Une heure plus tard, est venu le moment de la piqûre. Panique à bord, mais au final, le catétère était en place.
J’étais plutôt rassuré à l’idée qu’on ne me piquerait qu’une seule fois, bien que cet énorme bandage qui immobilisait ma main fût plutôt emmerdant.

Au fil du temps :
- Loulou, arrête de faire tes petits gestes, tu vas complètement irriter ton visage avec le bandage.
Plus tard :
- Lou, ne touche pas au bandage, tu vas le défaire.
Encore plus tard :
- Attend, ne bouge pas, je dois refaire le bandage.
Et ainsi de suite.
- Loulou, calme avec tes mains, ton visage est tout rouge.
Hélas, le catétère s’est bouché en fin de journée et il a fallu de nouveau me piquer, mais à l’autre main cette fois. Là, ce fut le truc de trop, mais ce fut qu’un mauvais moment à passer.

Finalement, le pire désagrément était ces bébés qui hurlaient jour et nuit, quasi sans interruption.
Quelqu’un a mal, dans son corps ou dans son âme et je n’aime pas cela.
A tour de rôle, maman ou papa étaient à mes côtés et me divertissaient pour que je n’y prête pas attention, mais par moment, je me figeais, dressais mes deux oreilles et écoutais les pleurs derrière la porte. Lorsqu’ils le remarquaient, mes vieux me rassuraient : c’est un bébé fatigué, un enfant malade-mais-qu’on-soigne...
- Et pourquoi il pleure, le bébé ?
- Parce qu’il n’est pas content et qu’il ne sait pas le dire avec des mots.
- Et quand j’étais petit, je pleurais aussi comme ça ?
- Ça arrivait, des fois.
- Comme dans le film que tu as fait sur moi ?
- Exactement.
Pour me distraire, on se faisait de nombreux câlins, mais aussi des frissons et autres doudouces. Je me racontais aussi mes histoires de “poissons”, de “David qui pleure”, de “papa mouton”, de “Méga” etc.
On écoutait également tout le temps de la musique sur l’ordinateur de papa, histoire de masquer quelque peu les cris et pleurs du couloir. Défilaient en boucle : le dernier “Saule”, “Radiohead” dont je ne cesse de découvrir et apprécier les différents albums, des histoires ou les “youh” de papa. On s’est aussi amusé avec un logiciel qui permet de ralentir ou accélérer les chansons – cela me kiffe trop ce jeu là -, mais comme à chaque fois avec ce genre de jeux sonores, papa met des limites dans le temps alors que j’aimerais le continuer à l’infini.
Les rouclouements de pigeons amoureux derrière la fenêtre était une autre distraction amusante.
Maman m’a expliqué qu’ils construisaient un nid, juste contre ma chambre.
- Hé, les pigeons, ça va aller, oui ?

La nuit venue, j’ai fini par m’endormir malgré le chahut ambiant.
Les pleurs m’ont bien réveillé quelques fois.
- Pourquoi le bébé pleure comme ça ?
- Parce qu’il n’aime sans doute pas l’appareil et les fils qu’il a sur la tête. Tu sais, c’est comme quand on t’a fait les électroencéphalogrammes. Ne t’en fais pas, ce n’est pas grave.
Et je me suis rendormi, rassuré.
A un autre moment de la nuit, un peu inquiet :
- Maman ?
- Oui ?
Tout va bien, elle est là.
- Je t’aime.
Et je me suis rendormi aussitôt.
J’ai même rêvé. Et comme souvent, je parle tout haut en dormant. J’ai ainsi tout à coup surpris maman, en parlant fort et distinctement :
- Le poisson ! ... Le poisson est dans la machine à laver. C’est le lavage du poisson !
Quand maman m’a raconté cela à mon réveil, j’en ai ri aux larmes.
Mon histoire et jeu de rôle de “David qui a perdu son poisson” m’accompagne jusque dans mes rêves !

Au final, je me suis si bien accommodé de cette hospitalisation qu’à mon réveil, j’ai dit à maman :
- C’est drôle, j’ai l’impression d’être en classe verte.
- Pourquoi ?
- Parce que je ne dors pas à la maison !
Par Bèrlebus :: lundi 2 mars 2009 à 10:58 :: Au jour, le jour :: #746 :: rss


Vos commentaires

Moi je dirai que je ne suis pas étonnée... Lou a grandi et beaucoup de choses ont changé, il comprend plus facilement et comme papa et maman explique le pourquoi du comment Lou accepte ce qu'il appréhendait le plus, les piqûres et tout ce qui va avec tous ces examens... Oui Lou a grandi!!! FELICITATIONS mon grand garçon, tu es tout simplement FORMIDABLE!!!
Je t'envoie d'énormes bisous...

Le lundi 2 mars 2009 à 18:44, commentaire par ANDREE :: #
 

Hébé Lou, on est loin du Petit Chien Courage, dis donc ! Tu as fait des progrès fantastiques !
Comme dit si bien Andrée, papa et maman façonnent l'édifice jour après jour et tu bétonnes le tout.
Ne dit-on pas que l'amour est le ciment de la vie ?
Une fois de plus, Luc et Claire, chapeau bas et merci pour le partage.
Lou, un câlin rien que pour toi

Le lundi 2 mars 2009 à 22:07, commentaire par Corinne :: #
 

Progrès superbes pour un LOu qui arrive à se rassurer peu à peu. Et le je t'aime sussuré à maman est le reflet de cette famille qui donne tellement. En tout cas lou, merci pour le tuyau des classes vertes. Maintenant quand nous devrons aller à l'hôpital, nous penserons à ton idée et celà nous rassurera certainement aussi.

Le mardi 3 mars 2009 à 15:27, commentaire par cayenne :: email :: #
 

;-)
Lou progresse certes, mais se précise aussi dans sa différence.
Luc

Le mercredi 4 mars 2009 à 20:24, commentaire par Luc :: #
 

Et puis je souhaite, Lou, que tu dises dans quelques temps, comme jean sébastien:
" je retourne quand à l hôpital, les infirlièrs me manquent! "
bel retour chez toi!

Le mercredi 4 mars 2009 à 23:28, commentaire par Annick :: email :: #
 

Lire, les ifirmières me manquent.
BONNE NUIT!

Le mercredi 4 mars 2009 à 23:29, commentaire par Annick :: email :: site :: #
 

Quel plaisir d’apprendre qu’un séjour de 24h à l’hôpital se soit si bien passé. Merci Luc de partager ce moment avec nous.
Et je dois t’avouer Luc, que ce que tu dis dans ton commentaire, j’y songe souvent après la lecture du journal de Lou.
Que malgré ses progrès, en grandissant, sa différence se précisera.
Je ne dis pas cela pour te décourager, mais pour te faire savoir qu’à travers tes récits (qui sont toujours aussi touchant et débordant de tendresse et d’amour), nous savons.
Je sais bien que tu dis toujours, que vous n’avez pas à vous plaindre, mais cela n’empêche pas d’avoir parfois une certaine peine. Aussi, par nos visites virtuelles et en lisant ce journal, en quelque sorte, nous partageons cela avec toi.
En tous cas, j’espère que les examens ont donné des résultats qui vous permettrons de régulariser le sommeil de Lou et par la suite aussi le votre. Que toute la petite famille Boland puisse dormir des nuits paisibles.
Gros bisous à tous.

Le vendredi 6 mars 2009 à 14:59, commentaire par Lili :: email :: #
 

;-) , Annick.
Lili, c'était juste une précision car parfois, j'ai l'impression que mes écrits ne sont pas assez clair sur ce point.
PS: dans l'attente des résultats médicaux.
Bien à tous.
Luc

Le lundi 9 mars 2009 à 10:50, commentaire par Luc :: #
 

Et oui le fameu épisode sur l'hôpital et les piqûres. Océane du haut de ses 3 ans me dit aussi qi'on y va pas de piqûre. Bravo Lou ne tout cas pour ton courage.

Le dimanche 29 mars 2009 à 15:36, commentaire par bailoceane :: email :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned